DE LA FAILLITE FINANCIERE A LA FAILLITE MORALE

Publié le par Philippe DAVID

DE LA FAILLITE FINANCIERE A LA FAILLITE MORALE

On "fêtait" avant hier l'anniversaire de la faillite de Lehman Brothers, faillite qui plongea vers l'abîme l'ensemble du système bancaire et des assurances et qui faillit, sans l'intervention des états pour renflouer le système, plonger l'ensemble du monde dans une catastrophe face à laquelle la crise actuelle serait de la roupie de sansonnet.

Un an après, que dire? Quels sont les changements majeurs qui ont eu lieu et qui devraient nous prémunir d'un "remake" des évènements de l'automne dernier?

A vrai dire rien n'a changé. Et ce ne sont pas le G20 et autres réunions formelles ou informelles qui changeront quoi que ce soit. Les financiers, qui sont aujourd'hui les vrais maîtres du monde, ne veulent en effet pas voir de changements qui risqueraient de les pénaliser et certains états, appelés parfois "paradis fiscaux" n'y tiennent pas non plus. Le problème majeur est que le plus grand paradis fiscal de la planète n'est ni les îles Grenadines ni les Bermudes (pays dont le poids dans l'économie mondiale est négligeable) mais le Royaume-Uni, cinquième puissance économique du monde excusez du peu, qui dispose avec la "City" de la plus grande blanchisserie du globe dans sa propre capitale sans oublier l'île de Man, les îles Anglo-Normandes et autres destinations exotiques faisant partie des terres du Royaume de sa Gracieuse Majesté. En effet, la "City", si on inclut les services dérivés de la finance (informatique, service légaux etc...), représente environ 20% du PIB du Royaume-Uni. On n'imagine aucun gouvernement au monde suffisamment fou pour mettre en péril une activité qui représente le cinquième de la richesse nationale. Ainsi on fera, pour rassurer le bon peuple et lui montrer qu'on agit, beaucoup en paroles et rien ou peu en actes... C'est un peu comme si on organisait un sommet mondial anti-drogue avec pour participants avec droit de veto les cartels Colombiens et les producteurs Afghans de pavot. Inutile de dire que les résultats seraient plutôt maigres en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants.

Quant aux conséquences micro économiques, elles sont là et bien là. Entre les faillites de PME dont les médias ne parlent jamais, les fermetures d'usines pour délocalisation ( Molex à Villemur sur Tarn par exemple) et les restructurations dans les grands groupes, on ne peut pas dire que la crise ne soit pas profonde. Conséquence: Une explosion du chômage et une détérioration de plus en plus forte des conditions de travail dans les grands groupes dans lesquels on fait comprendre aux salariés qu'il est très facile de délocaliser leurs emplois.

Dans ce domaine, on ne peut pas dire que France Telecom soit un modèle social. Avec 23 suicides en un an et demi, la situation est pour le moins dramatique au sein de cette entreprise. Quant aux témoignages de salariés ou d'anciens salariés, ils sont accablants. Comme celui de cet ancien cadre supérieur à qui on a demandé de faire des photocopies à longueur de journée ou cette ancienne attachée de direction à qui on a expliqué que son poste était supprimé et qu'on a laissée dans un bureau minuscule sans rien à faire.Témoignant ce matin sur RTL, elle a reconnu avoir pensé se suicider en encastrant sa voiture dans un arbre.

Toujours ce matin, sur RTL chez Jean-Michel Aphatie, le PDG de cette entreprise a présenté ses excuses pour avoir évoqué la veille "une mode du suicide chez France Telecom" sic, en expliquant qu'il avait traduit le mot anglais "mood" en "mode".
Tout d'abord le mot anglais "mood" ne signifie pas "mode", qui se dit "fashion" pour la mode ou "way" pour le mode, mais "humeur".
Ensuite, le PDG de France Telecom étant français et de langue maternelle française, il serait bien la seule personne que je connaisse dans ce cas à réfléchir en anglais avant de s'exprimer en français.
Enfin, comment peut-on justifier une "humeur suicidaire" si on traduit ce que devait vouloir exprimer d'anglais en français Mr Lombard? Voulait il dire "suicide mood", expression qui en anglais ne veut strictement rien dire?

Bref, les explications pour justifier cette soi-disant "mode du suicide" sont particulièrement vaseuses pour ne pas dire odieuses car on n'est pas d'humeur suicidaire comme on serait de bonne humeur ou de mauvaise humeur (in a good mood or in a bad mood pour parler comme Mr Lombard).

Si 23 hommes et femmes se sont suicidés, parfois devant leurs collègues sur leur lieu de travail, c'est qu'elles avaient été poussées à bout, le bout passant parfois par la photocopieuse, par une mutation sanction ou par un placard solitaire. Ces excuses alambiquées sont donc totalement irrecevables de la part d'un patron de grande entreprise.

 

Je sais ce qu'est le harcèlement pour en avoir été victime et je comprends que des hommes et des femmes puissent accomplir l'irréparable quand le fait d'aller travailler le matin représente un enfer. Qu'ils reposent désormais en paix et que tout soit fait pour qu'il n'y ait pas d'autres victimes chez France Telecom ou ailleurs.

Il y a un an, on parlait de la faillite financière de Lehman Brothers. Aujourd'hui, on peut parler de fallite morale en ce qui concerne le PDG de France Telecom.

Philippe DAVID

 

Publié dans vudedroite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JEAN DU TERROIR 23/09/2009 11:17


La vraie question aujourd'hui serait de savoir si les leçons de la crise ont bien été tirées comme j'essaie de le faire dans mon article :

http://jean.du.terroir.over-blog.fr/article-35869924.html

A mon avis, il y a une différente importante entre les politiques et les financiers à ce niveau, les seconds raisonnnant à court terme et espérant toujours que les premiers viendront à leur secours
avec l'argent du contribuable lors du prochain clash.


Montmartre 18/09/2009 20:16

Je souhaite rebondir sur le commentaire de Patrick concernant le suicide. Peu de personnes évoquent le suicide de plusieurs agriculteurs, artisans, dirigeants de sociétés acculés à rembourser des crédits, éponger des dettes, payer leurs salariés alors qu'ils ne voient aucune solution à leurs problèmes... Les raisons qui poussent une personne à l'acte ne sont pas toujours celles que l'on imagine: précarité, sentiment d'abandon ou d'inutilité ... Parler du suicide, être attentif à ceux qui s'isolent pourrait peut-être aider des personnes à ses reprendre. Chaque année en Février il y a la Journée de Prévention du Suicide pour alerter et informer l'opinion publique. On ne peut déplorer que trop de suicides tous les ans: 1ère cause de mortalité chez les 35-40 ans et 2ème cause de mortalité chez les 15-24 ans. Aux personnes qui liraient ces quelques lignes, diffusez ce lien www.infosuicide.org peut-être aidera t'il une personne de votre entourage proche ou éloigné

Montmartre 17/09/2009 16:15

Article fort intéressant et que j'aprouve à bien des égards. Toutefois ne vaut-il pas mieux gagner un salaire à ne rien faire que de ne pas avoir de salaire du tout? Les 2 situations sont extrêmement difficiles à vivre mais lorsque l'on voit le nombre de chomeurs augmenter et le nombre de sociétés en faillite, ne vaut-il mieux pas être payé à ne rien faire?Aucune moralité, aucune humanité certes mais ....

crasnier patrick 17/09/2009 08:20

l'apparent problème de france telecom n'est pas aussi simple, ton analyse est un peu réductrice, aynt eu en charge en 1996 la restructuration de filiales je sais que nombre de facteurs sont à prendre en compte autre que cette apparente règle du harcelement. Par exemple une des "suicidée" s'était seulement vu siginfié son changement de chef de service.Le suicide est toujours le résultat de multiples facteurs pathologiques et le passage à l'acte un mal profond et souvent ancien, le fcateur entreprise à lui seul ne peut pas expliquer cela. Lombard à parlé maladroitement de mode (mais aujourd'hui le politiquement correct est devenu du terrorisme intellectuel et personne ne peut plus rien dire) il voulait noter que l'addition des suicides relève d'une contaminaition psychologique comme il y en a eu avec la série des suicides chez alcatel je crois. Sache que le mois dernier iol y a eu 6 suicides d'agriculteurs et peronne n'instrumentalise ce fait, mais ils n'ont pas la CGT a leurs côtés.C'était juste mon avis, amitiés