LES MAINS D'OR

Publié le par Philippe DAVID

LES MAINS D'OR

Il y a un peu plus d'un an Nicolas Sarkozy se rendait à Gandrange, évènement auquel j'ai consacré un article dans "Journal intime d'une année de rupture", afin de rassurer les sidérurgistes dont l'usine était menacée de fermeture. Aujourd'hui Gandrange ferme. Définitivement. Une usine de moins dans le paysage industriel français. Comme Sony à Dax, Continental à Clairoix, Célanèse à Pardies et tant d'autres. L'Europe et la France seront bientôt de gigantesques friches industrielles et, qu'on le veuille ou non, les politiques seront les principaux responsables de cet état de fait.

Nos amis blogueurs de "Florange tribune" ont poussé un coup de gueule concernant les "inquiétudes" de la commission européenne sur la relocalisation d'emplois à Flins. En fait de relocalisation, il s'agit d'une augmentation temporaire de capacités de production, l'usine Slovène produisant les Twingo et les Clio ayant atteint ses limites de production.

J'aurais aimé la même réaction de la commission européenne lorsque Maytag, le fabricant américain d'éléctroménager, a fermé l'usine Hoover de Dijon pour la transférer à Combuslang, en Ecosse, où les salariés avaient accepté des conditions relevant du méga dumping social comme la non cotisation aux retraites pendant deux ans.

J'aurais aimé la même réaction quand les usines textiles ont fermé les unes après les autres suite à l'ouverture totale du marché européen au textile chinois.

J'aurais aimé la même réaction quand les fabricants de skis français, tous rachetés par des fonds de pension, ont fermé les usines savoyardes pour aller dans les pays de l'est alors que leur secteur d'activité était très profitable.

J'aimerais une réaction virile contre Continental qui ferme Clairoix alors que les salariés avaient tout accepté pour garder leur usine ouverte et notamment l'augmentation du temps de travail quand on sait que Continental recrute aujourd'hui dans l'ouest de la Roumanie pour y transférer sa production française.

J'aimerais que les règles du jeu soient les mêmes entre Mittal, qui achète d'un seul coup d'un seul les sidérurgies françaises, espagnoles et luxembourgeoises, tandis que Renault, pour pouvoir fabriquer des voitures en Inde, est obligé de s'associer avec un constructeur Indien, Tata Motors en l'occurence.

Mais je dois être quelque part à contre courant puisque la commissaire européenne Danuta Hubner a déclaré il y a quelques temps qu'il fallait "faciliter les délocalisations". Et puis critiquer la politique de Bruxelles revient à être ringard, passéiste et, bien sur, anti-européen, l'UMP et le PS ayant applaudi des deux mains tous les traités européens générant cette concurrence déloyale et, quand le peuple a dit non comme le 29 mai 2005, il en a fait fi en ratifiant le traité de Lisbonne moins de trois ans plus tard. On comprend mieux le silence assourdissant du Parti Socialiste.

Gandrange ferme donc. Une fois de plus, les promesses de Nicolas Sarkozy et des politiques auront été des promesses en l'air.

La musique adoucissant les moeurs, j'écoute en boucle alors que je rédige cet article la chanson du stéphanois Bernard Lavilliers "Les mains d'or".

"J'voudrais travailler encore, travailler encore...Forger l'acier rouge avec mes mains d'or"...

Philippe DAVID



La vidéo des "Mains d'or".

http://www.dailymotion.com/relevance/search/les+mains+d%27or/video/x2pvqj_bernard-lavilliers-les-mains-dor_music

Publié dans vudedroite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BRUNO 22/04/2009 15:09

http://mnr87.unblog.fr