IL Y AURAIT DU TRAVAIL...

Publié le par Philippe DAVID

IL Y AURAIT DU TRAVAIL...

Depuis des années la Vème république connaît un dérive monarchique et les choses ne se sont pas arrangées depuis l'élection de Nicolas Sarkozy.

On avait connu l'avènement du prince Jean lors des cantonales de l'hiver dernier.

On avait assisté pantois à l'élargissement - on serait tenté d'écrire l'absolution, la monarchie française ayant de tout temps été de droit divin- de la terroriste italienne Marina Petrella par la Reine Carla et la Grande Duchesse Valéria.

On a maintenant droit à la mutation - les barbaresques et le bagne ayant heureusement disparu- du Préfet de la Manche et du Directeur de la Sécurité Publique du même département pour cause de manifestation ayant déplu à notre Président lors de sa visite à Saint-Lô.

La sanction contre deux hauts fonctionnaires a ému l'ensemble de la classe politique locale, le Sénateur et Président du conseil général UMP, Jean-François Legrand, allant jusqu'à déclarer "trouver parfaitement lamentable qu'on puisse utiliser un représentant de l'état comme si on utilisait un kleenex. C'est scandaleux. C'est une pratique d'un autre temps contreproductive d'un point de vue politique". Le Maire UMP de Saint-Lô , François Digard, a qualifié la mutation  de "très sévère et plutôt injuste" tandis que le Député UMP Philippe Gosselin parlait "de fait du Prince". Pas besoin de vous rapporter le best-of des réactions à gauche, la droite ayant dit ce qu'il y avait à dire dans cette affaire.

Cependant, il me semble bon de rappeler que le droit de manifester est un droit inscrit dans la Constitution et que, comme la manifestation de Saint-Lô n'avait aucun caractère violent, elle était légale et je dirai même légitime pour ceux qui manifestaient ou ceux qui soutenaient les manifestants. En démocratie, le premier des devoirs d'un citoyen est de respecter les opinions des autres et leur droit de les exprimer. Si cela est vrai pour le citoyen lambda, cela l'est encore plus pour le Chef de l'Etat qui doit être, outre le Président de tous les français, un arbitre. Sa présence au conseil national de l'UMP samedi  26 janvier l'a disqualifié pour ces deux rôles puisqu'il était là en tant que chef de parti et non en Président garant de l'égalité des citoyens quelles que soient leurs opinions.

Une seule voix a soutenu les deux mutations, outre celles des godillots de l'UMP qui affirmeraient demain que la terre est carrée si Nicolas Sarkozty l'éxigeait. Il s'agit d'Etienne Mougeotte qui, lors du "Grand Jury RTL-le Figaro-LCI" a joué les étonnés devant l'émotion provoquée en justifiant, grosso modo, qu'il était normal qu'un fonctionnaire qui ne fait pas son travail soit sanctionné comme le serait un salarié du privé et que c'était une bonne chose d'avoir envoyé ce message à la fonction publique.

Dont acte. Que devaient alors faire le Préfet et le Directeur départemental de la sécurité publique? Charger les manifestants et les tabasser jusqu'à ce que la manifestation soit inaudible aux oreilles de notre cher Président? les disperser avec des canons à eau? Des gaz lacrymogènes?
Le ridicule ne tuant pas, on n'ose imaginer personne soutenant qu'il eût fallu que la police tirât dans la foule pour dissuader d'autres de manifester ailleurs...
Ces gens manifestant pacifiquement, une seule règle s'imposait: les laisser manifester et exprimer leur désaccord et leur mécontentement...à moins de trouver magnifique la répréssion de la Place Tien An Men en 1989...

Etienne Mougeotte a donc défendu l'indéfendable et, pour le rassurer, ce n'est pas demain la veille que les fonctionnaires incompétents seront sanctionnés pas plus que les ministres incompétents d'ailleurs car, si c'était demain le cas, il y aurait du travail!

Philippe DAVID



Publié dans vudedroite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jacques 14/02/2009 19:18

Si je comprends bien les infos données par JD Delaire ci-dessus, les échaufourrées ont eu lieu APRES la manifestation !!!!!A trop vouloir prouver.....D'autre part, si nous n'avions que le "fait du prince"....Nous avons aussi les mensonges du président....Je me permets de vous renvoyer à un article de mon bloc-notes, intitulé "je ne vous mentirai pas".....jf.

patriarch 04/02/2009 11:32

bon rien à ajouter !!! sauf que demain soir, je vais devoir aller sur RTL ou une autre chaîne non Française pour voir autre-chose de l'  EGO !! Là aussi, c'est le fait du prince. Il a mis en poche tous les médias, ou presque, sauf le canard - enchaîné qui paraît encore, pour combien de temps  ???????

J.D.Delaire 04/02/2009 10:31

Les syndicats ont-ils causé la mutation du préfet par Sarkozy ?


Par Julien Martin | Rue89 | 02/02/2009 | 21H27
















Alors que la polémique enfle depuis la double mutation du préfet et du directeur de la police de la Manche, après un déplacement houleux de Sarkozy dans le département, Frédéric Lefebvre a déclaré ce lundi que le secrétaire général de la CGT pourrait ne pas être étranger à cette affaire.
Selon le porte-parole de l'UMP, Bernard Thibault "avait eu l'occasion de se plaindre aux plus hautes autorités de l'Etat des conditions dans lesquelles avait été gérée la manifestation de Saint-Lô". Une manière de demander "que les uns et les autres prennent leurs responsabilités".
Sauf que la CGT refuse de commenter cette déclaration. Si elle parle de "nouvelle élucubration du personnage", elle ne souhaite pas donner de "réponse officielle", se contentant de renvoyer au communiqué intersyndical publié au lendemain des voeux aux enseignants de Nicolas Sarkozy, le 12 janvier à Saint-Lô.
Un communiqué qui, pourtant, accréditerait les propos de Frédéric Lefebvre. Les organisations syndicales CGT, FSU, Sud-Solidaires, CFDT, Unsa, Unef y "interpellent le président de la République, les élus et les citoyens du département de la Manche" à propos de "la plus aveugle violence policière [qui s'est] déchainée sous [leurs] yeux". Et de poursuivre:

"Alors même que notre délégation revenait d'une audience en préfecture, les CRS arrêtaient plusieurs jeunes manifestants, suscitant la colère de leurs camarades. Les forces de police ont alors directement chargé, frappant à de multiples reprises des manifestants sans défense."

Pour l'intersyndicale, cette journée est même "à marquer d'une pierre noire dans l'histoire locale". Autant de récriminations qui peuvent alimenter les raisons de muter deux responsables locaux de la sécurité publique.
A moins qu'ils ne considèrent le chef de l'Etat comme l'unique responsable de ces échauffourées, puisqu'ils visent explicitement "la police de M. Sarkozy". Les leaders syndicaux risquent en tout cas de devoir s'en expliquer.

J.D.Delaire 04/02/2009 09:58

Avant 2012 Le Sacre...!

crasnier Patrick 04/02/2009 09:28

Globalement tu as raison, mais juste un bémol, le sacro droit de manifester, intouchaqble comme celui du droit de grève n'est pas le droit d'agresser le président de la république où qu'il soit. Il a été démocratiquement élus et ceux qui lui crachent dessus crachent aussi sur la majorité des Français qui ont voté pour lui. Mais le rappeler n'est pas forcément "politiquement correct" ni même dans la ligne de la pensée unique.Je crois pour ma part que Nicolas sarkozy a montré au début de son mandat qu'il était capable d'aller au contact des Français et même d'accepter les cris et vociférations. A ce moment là la presse dans son ensemble lui repprochait sa proximité, lui reprochait de se meler aux Français moyens et d'utiliser le même langage qu'eux (casse toi pauvre con, viens le dire ici etc.) maintenant les manifestants ont dépassé les bornes et il se protège ce qui n'est que légitime. Je sais par une source fiable que des menaces précises avait été formulées lors de la visite à Saint Lo par des excités d'extrême gauche et les reproches faits au chef de la police et au préfet portent sur le manque de vigilance face à ces menaces, mais ça personne n'en parle et pourtant je ne suis pas le seul à le savoir.