TROP C'EST TROP

Publié le par Philippe DAVID

TROP C'EST TROP

Tout le monde a été révolté par la nouvelle profanation de notre Hymne National hier au soir au Stade de France. Après le France-Algérie de 2001 et le France-Maroc de 2007, le France-Tunisie d'hier soir restera, lui aussi, de sinistre mémoire.

La condamnation a été unanime même si elle ne fût que du bout des lèvres à gauche,Razzye Hamadi, ancien responsable des jeunesse socialistes, ayant déclaré: " Même si la France a eu pendant des années une politique coloniale en Tunisie, même si les Français d'origine tunisienne, et plus largement les Maghrébins ou les Français d'origine maghrébine (...), sont trop souvent victimes de discrimination et de harcèlement policier (...) il n'en demeure pas moins que la République, en dépit de ses promesses non tenues, n'est pas à humilier en sifflant son hymne» tandis que Marie-George Buffet a jugé que " ces sifflets étaient l'expression de gens en souffrance qui ne se sentent pas bien chez nous".

L'aspect "faux-cul" de ces deux "condamnations" qui en fait dédouanent les coupables de ces sifflets au nom de la colonisation dans le premier cas, au nom d'un mal être dans le second montrent une fois de plus que, pour la gauche, siffler "La Marseillaise" est un acte qui, s'il n'est pas légitime est au moins compréhensible.

Cependant, personne ne peut affirmer que ces sifflets sont dûs à un "échec de l'intégration" ou a un micro-climat flottant sur le Stade de France. En effet, l'équipe de France a joué dans ce stade contre le Portugal (match au cours duquel il y avait autant de portugais que de français si ce n'est plus), contre le Cameroun (ancienne colonie française) et contre la Yougoslavie. Pour avoir été dans les gradins du stade lors des deux derniers matches, ni les portugais, ni les camerounais n'avaient sifflé "La Marseillaise" et les hymnes portugais,  camerounais  et yougoslave avaient été parfaitement respectés par le public français. Pourtant les camerounais ont fait aussi partie de l'ex "Empire Français" mais ils ont, eux, respecté notre hymne, tout comme les portugais et les yougoslaves.

Le pire est penser que notre hymne a été sifflé par des gens qui ont certainement eu leurs places gratuitement par le biais des mairies, conseils généraux, conseils régionaux et que ce sont donc les contribuables français qui ont payé pour voir des racailles profaner "La Marseillaise".

En ce qui concerne les réactions de la gauche, elles m'attirent deux commentaires.

J'ai assisté à deux France-Allemagne et Dieu sait si les gens de ma génération ont été marqués par les deux demi finales de 1982 et 1986 au cours desquelles la France fût privée de finale de coupe du monde sous les coups de boutoir teutons avec la complicité des arbitres qui s'appelaient Charles Corver et Pier-Luigi Agnolin. Dieu sait également qu'il y a un contentieux bien plus grand avec les générations précédentes concernant les relations franco-allemandes pourtant personne n'a sifflé l'hymne allemand lors de ces deux matches, n'en déplaise à Razzye Hamadi.

Quant au mal être de certains qui sifflent l'Hymne National mais ne rechignent pas à toucher le RMI, la CMU, les ASSEDIC, les allocations familiales et tutti quanti, s'ils ont un mal être en France, les frontières sont ouvertes, contrairement à celles des pays de l'est que vénérait à l'époque le parti de Mme Buffet. On ne leur tirera pas dessus s'ils veulent partir, contrairement à ce qui arrivait aux allemands de l'est ou aux tchèques, et, comme le disait Nicolas Sarkozy au moment de la présidentielle: "la France, tu l'aimes ou tu la quittes!"

Comme un grand nombre de français ces sifflets à répétition au Stade de France m'ont écoeuré.

Cette fois-ci, trop c'est trop.

Philippe DAVID


Publié dans vudedroite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tibas 31/03/2009 11:06

C'est attristant de lire ca. vous n'allez pas au fond des choses. Vous condamnez des actes que vous ne comprenez pas, et que votre etroitesse d'eprit ne comprendra JAMAIS. Je suis francais, de parents Francais, de grand parents francais etc... et pourtant quand j'entend la marseillaise, non seulement je la chante PAS mais en plus je la siffle... pourquoi?la réponse est tres simple: la marseillaise pour les "gens de banlieu" comme vous dites est le symbole du FN, de la droite conservatrice et réactionnaire, nationnaliste, de "la france tu l'aime ou tu la quite", des propos qui rapellent ceux d'un certain Adolphe H. de 1933 qui disait: "L'allemagne est une pays qu'on aime ou qu'on quitte...". Vous glorifiez des idées que vos parents et vos grands parents ont combattu, semant du fascisme et de l'intolérence derriere vous. Mais votre manque d'objectivite, de culture, de recul vous fait oublier quelque chose de fondamentale... des marocains ont sifflé la marseillaise, des tunisiens aussi, des algeriens aussi, mais il y a aussi des italiens, des Corses, des anglais, et la votre argumentaire de rasciste tombe à l'eau.Je connais bizarement deja votre réaction pour ceux qui auront l'ouverture d'esprit de le lire: "petit con de gauche qui defends les arabes, il a grandi avec eux alors il les aimes bien, " mais tout ceci est faux, j'ai grandi avec ma famille dans un petit village du sud de la france, j'ai des amis arabes c'est vrai, mais surtout je ne suis ni francais, ni arabes, ni allemenand, je suis un humain qui aime son frere qu'il soit arabe, juif, asiatique, americain, blanc noir, vert jaune, je hais juste ceux qui haissent leurs freres.

patrick CRASNIER 20/10/2008 07:49

le dossier du Mondes est à la fois édifiant, et très inquiétant. D'abord un enseignant qui milite aux côtés de besancenot c'est grave, la politique ne devrait pas entrer dans les écoles (de droite comme de gauche) ensuite ce défaut identitaire chez des jeunes de 13 ans est un mal très profond de notre société. Dire à quelqu'un qu'il est Arabe n'est pas une insulte à ce que je sache. seules les ligues ainti ci ou anti ça ont construit cette culpabilité permanente qui empêche d'appeler les choses par leur nom. C'est jeunes Français sont bien Arabe de race (car c'est une race) et Français de Nationalité, là est tout le problème. Quand un Jeune né en France est d'origine polonaise, allemande etc; il est Français seulement car de race Européenne. S'il est né en France mais noir ou Arabe ou autre, il est considéré comme d'une autre Race et là nait une différence qui ne pourra jamais s'assimiler.
Jeter l'anathème en bloc n'est pas une bonne chose, mais se voiler la face en rejetant tout sur l'histoire est faut. Surtout que la Tunisie est un des pays du magreb les plus francophiles.

crasyone 19/10/2008 19:51

Ce que j'en dis, c'est que "dramatiser" à ce point ces sifflets, c'est servir la soupe et faire le plus grand plaisir à ces petits cons siffleurs...qui sont donc...des petits cons, point barre. je suggere d'arreter de leur offrir le plaisir de voir qu'ils font chier (ce qui est leur but)

J.D.Delaire 19/10/2008 12:31





Si vous ne parvenez pas à lire cette lettre : http://www.uni.asso.fr/news/161008.html











 


 




 
 
 


 



 


Grace à vous, nous pourrons diffuser nos idées au plus grand nombre :



10 euros
500 tracts


20 euros
1100 tracts


50 euros
3000 tracts


100 euros
2500 tracs et 1000 affiches






 



Cliquez ici














 


 



Communautés- Rejoignez l'UNI sur Dailymotion, Facebook.




FACEBOOK



1.enregistrez-vous sur facebook


2. cliquez ici 


3. rejoignez le groupe UNI en cliquant sur "JOIN THIS GROUP" et confirmez en cliquant sur "join"






 



DAILYMOTION



1.enregistrez-vous sur dailymotion


2. cliquez ici 


3. rejoignez le groupe UNI en cliquant sur "joindre le groupe"










 


 
 
 











L'hymne national a été sifflé une nouvelle fois, et, comme pour rassurer la trop pesante pensée unique, des journaux nous offrent des témoignages accablants. Pourtant, jamais, en si peu de temps, un gouvernement français n'aura autant réformé.En Afghanistan, des militaires ont perdu la vie parce qu'ils défendaient nos valeurs de justice et de paix.Partout dans le monde, les crises financières mais aussi géopolitiques ont conduit le Président de la République à s'exprimer et à prendre position. Aujourd'hui, parce que nous croyons en la liberté, en l'égalité, et en la fraternité, nous sommes prêts à clamer : "Français et fier de l'être"




NOUVELLE CAMPAGNE DE L'UNI





communiqué de presse
L’UNI lance une campagne sur le thème « Français et fier de l’être »
Une fois de plus, la Marseillaise a été sifflée hier soir lors d’un match de football. Cet acte d’irrespect envers notre hymne national est inacceptable. Siffler l’hymne français revient à bafouer les valeurs de la France et à manquer de respect envers chaque Français, quelque soit son origine.
Le rôle de premier plan que joue la France et son Président sur la scène économique et politique internationale (gestion de la crise financière, lutte contre le terrorisme en Afghanistan, médiation efficace en Géorgie …) est une source de fierté.
Afin de permettre à tous ceux qui aiment la France et sont fiers de son action d’être eux aussi entendus, l’UNI lance une grande campagne sur le thème « Français et fier de l’être ». 100 000 affiches, 300 000 tracts, 50 000 autocollants et 1 000 tee-shirts vont être imprimés.
Nicolas SARKOZY avait souligné l’importance de l’identité nationale lors de sa campagne présidentielle en 2007. Cela ne signifie pas le rejet des autres mais bien l’amour et le respect des siens. L’UNI appelle dès aujourd’hui chacun à transmettre ce message universel.




 
Défendons ensemble nos valeurs. Diffusez cet email à vos amis.























Quitter cette liste de diffusion.En application de l’article 27 de la loi Informatique et Libertés en date du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de modification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit en envoyant un courrier électronique au webmestre.© 2008 uni.asso.fr






 






J.D.Delaire 19/10/2008 12:01


Ceux qui se sentent français, levez le doigt
LE MONDE | 18.10.08 | 14h20  •  Mis à jour le 18.10.08 | 14h20











Réagir
Classer
E-mail
Imprimer


Partager



Partager:










"Monsieur,quand je suis en vacances au Maroc, mes copains me disent : 'Tu as de la chance de vivre en France'." Moi, c'est le contraire, lâche Yacob, 15 ans, je veux rester là-bas." Le professeur se saisit de ces paroles pour lancer à sa classe : "Que ceux qui se sentent français lèvent la main !" Sur les trente élèves, quatre petits bras se tendent... timidement.







Dossiers, archives, fiches pays... toutes les chances de réussir ! Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts




SUR LE MÊME SUJET



Lilian Thuram : "Combien pensent qu'un Karim est d'ici ?"


Entretien Platini : "Le football est pris en otage par le monde politique"


Décryptage Annuler une rencontre au moment des hymnes, est-ce faisable ?


Radiozapping Le foot et l'"identité nationale"


Editorial du "Monde" Hors jeu !


Les faits "Marseillaise" sifflée : une indignation gouvernementale soigneusement préparée






13 h 15, vendredi 17 octobre. C'est cours d'instruction civique et sociale au collège Roger-Martin-du-Gard, à Epinay-Sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Deux heures de "libre" discussion. Pas de jugement, pas d'insultes, juste comprendre pourquoi certains des élèves, présents le 14 octobre au Stade de France, lors du match amical France-Tunisie, ont sifflé La Marseillaise.
"Vous avez le droit à l'erreur, c'est comme cela qu'on se construit, qu'on apprend les uns des autres", rappelle le "prof", Jean-Claude Tchicaya. A 43 ans, il est aussi porte-parole de Devoirs de mémoire, un collectif fondé avec le rappeur Joey Starr et Olivier Besancenot, dont l'un des objectifs est de lutter contre les discriminations à l'encontre des "enfants de l'esclavage et de la colonisation".
 
"ON NE SAIT PAS D'OÙ ON VIENT"
 
Parmi les élèves - âgés de 12 à 16 ans, de la 6e à la 3e -, un seul Blanc, une Asiatique, les autres sont des Maghrébins et des Noirs. "Moi, j'ai sifflé", assume, avec le sourire, Maher, 13 ans. "Ça ne se fait pas, coupe Laetitia. Et pourquoi ?" "Chais pas, avoue-t-il. Pourquoi Lââm a chanté l'hymne national ? Elle est tunisienne, elle ne devait pas le faire." Le professeur lui répond : "Elle est née ici, où est le problème ?"
"C'est comme (Hatem) Ben Arfa, poursuit Maher, c'est un traître, il aurait dû jouer avec son pays." "Je l'ai eu comme élève dans une autre école, lui répond M. Tchicaya, il est comme toi, il est né ici." Un autre garçon, Ismaël, s'adresse à son camarade : "Et si toi tu étais footballeur et que la France te sélectionnait, t'irais ?" Maher : "Oui ! Mais je ne jouerais pas contre mon pays !" Pourtant, quand Thierry Henry a marqué, Maher s'est levé, a applaudi, sauté, crié de joie : "Ouais, mais ça ne veut pas dire que je suis français." Iptissem enchaîne : "C'est débile ! C'est un peu de toi que tu as sifflé." Anissa, aussi, a hué. Elle ne regrette rien. "Mais ça ne veut pas dire que je suis raciste des Français", clame-t-elle. "Je ne suis pas française, souffle Anissa. Si, de nationalité." Elle hésite, silence dans la classe. "J'en sais rien. Je ne sais pas ce que je suis. Je veux me considérer comme une Française, mais dès qu'on me traite de sale Arabe, ça me perturbe, ça me travaille." Sahra lui vient en aide. "On se sent plus français quand on est au bled, argue la jeune fille, parce que, là-bas, on nous prend pour des immigrés. Mais, ici, on est des Arabes." Anissa : "C'est vrai, on ne sait pas d'où on vient : t'es d'ici, de là-bas, nous sommes un peu de nulle part."
Toute la classe acquiesce. M. Tchicaya : "Quand vous dites "On nous traite d'Arabe, de sale nègre", qui est-ce, "on" ?" Sahra : "Les Français, les Blancs, qui se croient supérieurs." Sabrina, 16 ans, la plus ancienne, riposte. "Si, en France, on me pointe du doigt en disant que je suis arabe, où est le problème ?, débite-t-elle. Je ne veux pas choisir entre la France et mes origines, et quand on te dit "T'es une Arabe", il ne faut pas le prendre comme une agression. Tu es les deux à la fois !" Yacob : "Je respecte, mais moi j'ai choisi le Maroc." Puis, il médite : "Peut-être que ces sifflets vont créer encore plus de préjugés sur nous." "De toute façon, dit Anissa, les Français pensent que ce sont que les Arabes et les Noirs qui foutent la merde dans ce pays."
15 h 15. La cloche sonne. M. Tchicaya considère ses élèves comme "des petits héros" : "Toutes ces questions qu'ils se posent sur eux-mêmes, c'est dingue ! C'est une souffrance sourde. Ça prouve que la question identitaire est complexe." Il s'indigne, comme ses élèves, que des membres du gouvernement aient pu les traiter d'"imbéciles", de "voyous". "Ils sont où ?", interroge-t-il. M. Tchicaya se dit, comme ses élèves, "écoeuré" par les récents propos de Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la ville, qui, au lendemain du match, a déclaré au journal télévisé de France 2 qu'il fallait donner "un gros coup de Destop" à ces comportements dans les stades. Destop est un produit pour déboucher les canalisations... des toilettes.
Avant de se quitter, le professeur pose une ultime question : "Que ceux qui se sentent plus français lèvent la main." Sur les trente élèves, quatre petits bras se tendent... toujours aussi timidement.

M. KS