COMME DIRAIT ALAIN MINC...

Publié le par Philippe DAVID

COMME DIRAIT ALAIN MINC...

Il n'y a pas que la France et l'Europe qui subissent des délocalisations.Pas que l'Amérique du Nord non plus. On nous parle de temps en temps de telle usine qui ferme ici et telle autre qui délocalise là mais certains n'imaginaient pas encore que ce serait désormais au tour de la Chine de subir des délocalisations pour cause de "salaires trop élevés". Non, vous ne rêvez pas, la Chine est désormais pour les tenanciers de la haute finance mondiale un pays où les coûts salariaux sont "trop élevés" dixit Herbert Hainer, le PDG d'Adidas, qui annonce vouloir se retirer partiellement de Chine pour aller au Cambodge, au Laos ou au Vietnam où les salaires sont plus compétitifs. Une usine a déjà ouvert en Inde où les salaires sont aussi moins élevés qu'en Chine.

Mais enfin, pourquoi cette soudaine "peur" des coûts salariaux chinois? Tout simplement du fait de l'augmentation du niveau de vie et de l'inflation qui ont fait grimper les salaires en Chine de 18% et qui font que, désormais, le salaire mensuel moyen chinois est de 202 euro par mois. On comprend l'envie de délocaliser du PDG d'Adidas qui embauche ni plus ni moins que des nantis qui, vous vous en doutez, roulent sur l'or avec 202 euro par mois!
Rappelons simplement que Adidas aurait réalisé 1.1 milliards de dollars de bénéfices avant impôts en 2007 (en hausse de 68% par rapport à 2006) et que son PDG aurait gagné 2.8 millions d'euro l'année dernière ce qui prouve que les problèmes de coûts salariaux ne sont pas pas les mêmes pour tout le monde.

Cependant, j'aimerais entendre les sportifs sous contrat avec Adidas, Zidane en tête, qui sont toujours prêts à donner des leçons de morale à la planète entière dire ce qu'ils pensent de ces chinois payés au lance pierres qui vont perdre leur emploi.

Il y a quelques années Alain Minc avait écrit un livre intitulé "la mondialisation heureuse". Des salaires de 202 euro par mois jugés trop élevés par des gens gagnant 2.8 millions d'euro, c'est peut-être ça la mondialisation heureuse.

Philippe DAVID

Publié dans vudedroite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

showshoes 30/07/2008 22:06

excellente info...
Je me rappelle, au début des années 90 dans le cinéma, on délocalisait à tout va. Comme les intermittents c'était trop cher en France, les producteurs délocalisaient les tournages dans les pays de l'Est. Le mur venait de tomber et les techniciens y étaient beaucoup moins chers. Et puis, petit à petit, à la fin des années 90, le niveau de vie a dû augmenter, les techniciens demandé plus d'argent... Bref les producteurs se sont mis à délocaliser dans les pays du magrheb. Furieux, ceux de l'Est ont fait des grèves, bloqués les tournages qui étaient en cours... Mais on ne peut rien faire contre l'argent.

Aujourd'hui, les intermittents quand ils travaillent, travaillent tous à moins 30 ou moins 40% des minimas sociaux. C'est ça ou pas travailler du tout...

chevalier 30/07/2008 20:48

bravo pour ton article, je suis tout à fait d'accord . Moi aussi, j'aimerai bien qu'un journaliste pose ta question à zidane.je repasserai te lire,

Delaire 30/07/2008 10:24

Je parlais juste du Smic, car je vois que les salaires même des diplomés avec expérience, tirent vers le bas depuis quelques années ! Et donc le pouvoir d'achat baisse, les jeunes ont de plus en plus de mal à assumer une vie de famille etc ! C'est juste en observateur, moi j'ai fait mon temps comme cadre expatrié avec des contrats que l'on ne trouve plus, et comme membre d'un club service, je m'occupe d'aider à trouver un job à nos amis en recherche et j'ai des amis en cabinet de recrutement. je suis souvent déçu et étonné des offres !Maintenant les chinois, ils ne respectent même pas les engagements de laisser libre internet à la presse, info de ce matin !

PRM 29/07/2008 23:41

J'avoue avoir aussi été surpris par l'info.Mais bon, Adidas comme toutes les grandes entreprises n'a pas une vocation phillantropique. Le but et de minimiser les coûts pour augmenter la rentabilité. Une entreprise peut accepter un surcoût s'il est justifié par une meilleure qualité par exemple. Si l'investissement se justifie, elle s'en va là où les coûts sont moindres. Les chinois réagiront sûrement en mettant en avant une certaine expérience déjà acquise à l'avenir. J'aurais envie de dire, même si c'est cruel, "c'est le jeu". Nous sommes plus ou moins confrontés au même problème en France, ne sachant pas mettre en avant un savoir-faire (sinon notre déficit commercial ne serait pas). Et puis, il ne faut pas regarder le salaire moyen en Chine avec nos yeux européens, c'est impossible.

Fab 29/07/2008 21:22

Cher Delaire, je disais juste qu'un ouvrier gagne en montant relatif autant là-bas qu'ici. Cela ne signifie pas que nos jeunes qui ne sont pas ouvriers doivent gagner le smic, comme les jeunes chinois qui accèdent à la classe moyenne parce qu'ils ont fait des études ne gagnent pas 200 euros par mois non plus. Si la France devient une friche industrielle on ne le devra pas aux chinois, mais à l'Etat français qui aura plombé sa propre économie, ainsi qu'aux patrons français, majoritairement issus du même sérail que nos politiciens (X, ENA), et peu portés sur l'innovation et la prise de risque. Où cartonne la France ? L'assurance, la banque, l'eau, les médicaments... Que des secteurs pérennes, dans lesquels on est sûr que les clients seront toujours plus ou moins captifs. Rien dans les nouvelles technos, rien dans les médias (à part la vaine tentative de Messier avec Vivendi, on a vu ce que ça a donné)... Pendant que les allemands exportent des voitures et des cafetières, la France exporte du vin et du fromage. C'est bien mais insuffisant, car ça représente trop peu d'emplois et trop peu de clients par le monde. Le problème est qu'on s'en contente. En attendant, le modèle "l'Occident invente, l'Asie fabrique" commence à être éculé. L'Inde invente, la Corée aussi, bientôt la Chine. Mais la France n'aime pas la compétition. Elle pousse des grands cris quand elle entend que le vin californien ou chilien peut être aussi buvable que le nôtre...